je suis cumhuriyet

Turkey: police raid in Cumhuriyet/Turquie: la publication des pages de Charlie Hebdo divise le pays.

Police raid Turkish daily publishing Charlie Hebdo

Updated: Mr Erdogan got angry with ‘provocative’ Charlie Hebdo.
Turkish President Recep Tayyip Erdogan on Friday lashed out at Charlie Hebdo for its “provocative” publications about Islam, saying the French satirical weekly incited hatred and racism.

“This magazine (is) notorious for its provocative publications about Muslims, about Christians, about everyone,” Erdogan told a meeting of businessmen in Ankara.

“This is not called freedom. This equates to wreaking terror by intervening in the freedom space of others. We should be aware of this. There is no limitless freedom,” he said.

In its first issue since the attacks by Islamist gunmen last week on its headquarters that killed 12 people, the magazine featured an image of the Muslim prophet Mohammed weeping on its front cover.

erdogan ottoman

Police raided the printing press of Turkish daily Cumhuriyet on Jan. 14, as it prepared to distribute a four-page selection of Charlie Hebdo’s post-attack issue in an act of solidarity with the French satirical weekly.

The police also took extreme security measures ahead of the scheduled publication of the supplement.

Police cars were sent to the printer of the daily in Istanbul early on Jan. 14 and halted trucks to prevent the distribution of the Jan. 14 edition. The distribution was eventually allowed after the prosecution made sure that cartoons representing the Prophet Muhammad were not included in the selection.

The editor-in-chief of the daily, Utku Çakırözer, stated earlier that they had decided not to publish a cartoon on the cover featuring the Prophet Muhammad in tears holding a “Je suis Charlie” banner, in reference to solidarity protests with the magazine.

“When preparing this selection, we have been attentive to religious sensitivities as well as freedom of belief, in line with our editorial principles,” Çakırözer said via Twitter Jan. 13. “We didn’t include the cover of the magazine after a long deliberation.”

(Source: France24)

  • Turquie : la publication des pages de Charlie Hebdo divise douloureusement le pays encore une fois.

Mise à jour:

Erdogan dénonce les “provocations” de Charlie Hebdo:

Le président islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan a sévèrement critiqué vendredi la caricature “provocante” du prophète Mahomet publiée par le journal satirique français Charlie Hebdo, accusant celui-ci d’inciter à la haine.

“C’est un magazine fameux pour ses publications provocantes sur les musulmans, les chrétiens, sur tout le monde (…) cela ne s’appelle pas la liberté, cela s’appelle semer la terreur en empiétant sur la liberté des autres”, a déclaré Erdogan à Ankara. “Il ne peut pas y avoir de liberté sans limite”, a-t-il insisté lors d’un discours.

ERDOGAN CHARLIE HEBDO

Loin de la France et  Paris, Istanbul est en ébullition après que “Cumhuriyet” un quotidien d’opposition turc a trouvé le courage contre les pressions et menaces en publiant quatre pages du dernier numéro de Charlie Hebdo, en soutien au journal satirique français. Après un contrôle de police dans la nuit de mardi à mercredi, le quotidien Cumhuriyet (La République), ennemi juré du président islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan, a publié dans son édition du jour un encart de quatre pages en turc.

La direction de Cumhuriyet a longtemps hésité avant de braver ces interdits. Il a repris l’essentiel du nouveau numéro de Charlie Hebdo, qui suscite, à nouveau, la colère du monde islamique. «Lors de la préparation de cette sélection, nous avons été attentifs aux sensibilités religieuses ainsi que la liberté de croyance, en ligne avec nos principes éditoriaux, avait déclaré mardi via Twitter, le rédacteur en chef du journal, Utku Çakrözer. Nous n’avons pas inclus la couverture du magazine après une longue délibération» (Source: leparisien.fr).

  • La bataille fait le sommet de sa violence sur Twitter.

Un tribunal de Diyarbakir, dans le sud-est de la Turquie, a par ailleurs ordonné mercredi le blocage des pages des sites internet qui publient la caricature du prophète Mahomet en une du journal satirique français, a rapporté l’agence gouvernementale Anatolie. Ce dessin a suscité la colère de plusieurs associations et de fidèles en Turquie. Il représente un Mahomet la larme à l’oeil tenant une pancarte «Je suis Charlie», le slogan des millions des manifestants qui ont défilé en France et à l’étranger pour condamner les attaques jihadistes qui ont fait 17 morts en trois jours à Paris.

cumhuriyet charlie hebdo
Source :twitter

cumhuriyet charlie hebdo turkish

De même, le hashtag #ÜlkemdeCharlieHebdoDa (Traduction:, Charlie Hebdo ne peut pas être distribué dans mon pays) a été utilisé par plus de 1,4 million de personnes à la mi-journée. Cependant, les soutiens au journal Cumhuriyet commencent également à s’exprimer sur Twitter. Le mot-clé #JeSuisCumhuriyet, en référence à #JeSuisCharlie, a été utilisé par des centaines de turcs qui ont ainsi exprimé leur encouragement au journal et soutenu sa décision d’avoir publié les pages de Charlie Hebdo. Selon Keyhole.co, un service en ligne qui permet de suivre les campagnes de hashtag, #JeSuisCumhuriyet a «atteint» plus de 800 000 personnes sur Twitter depuis la matinée.

charlie hebdo 14 january
Terrorist: A 25 seconds job Terrorist: A job for the lazybones and w*nkers.

simpsons je suis charlie

je suis charlie en turc
Je suis Charlie -Turc
charlie hebdo new cartoon
Our pencils will always be well sharpened as your bullets.
charlie hebdo nouvelles caricatures
“But where are the 70 virgins?” With Charlie’s team

charlie hebdo nouvelles caricatures- new cartoonscharlie hebdo pages

  • “Cyberjihad” : plus de 1.000 sites français piratés en une semaine

Plus d’un millier de sites internet français ont été piratés depuis l’attentat contre Charlie Hebdo par des hackers se revendiquant comme islamistes, et le mouvement pourrait connaître un pic jeudi, ont indiqué des experts ce mercredi 14 janvier.

cyberjihad

Depuis une semaine, des sites de mairies, conseils généraux, universités, églises ou entreprises subissent des campagnes de “defacement”, soit une prise de contrôle par des pirates qui affichent sur la page d’accueil des messages à caractère idéologique.

“Il n’y a de Dieu qu’Allah”, “Death to France” (Mort à la France) ou encore “Death to Charlie” (Mort à Charlie) : ces actions sont revendiquées par des “cyberjihadistes” originaires du Maghreb ou de Mauritanie. “Les revendications initiales parlaient d’un point d’orgue le 15 janvier”, indique Gérôme Billois, expert du Cercle européen de la sécurité informatique.

Read More:

E-commerce:
Charlie hebdo : Les 20 ans, 1992/2012
La vie de Mahomet
Charlie Hebdo series

Advertisements