Synthèse d’actualité internationale en Syrie, en Irak et en Libye en date du 11 Avril 2016

Syrie 

La Syrie est le théâtre d’un conflit armé depuis mars 2011. Selon l’Onu, dont les dernières statistiques remontent à 18 mois faute de données, cette guerre a déjà fait plus de 250.000 morts et poussé des millions de personnes à l’exil. 

En Irak, à Mossoul, l’armée irakienne soutenue par des milices et l’aviation de la coalition internationale, a entrepris une vaste offensive pour récupérer ce point stratégique. La reprise de la deuxième ville irakienne, qui s’annonce difficile, est considérée comme l’objectif le plus important de la reconquête des territoires perdus.

En Afrique du Nord, selon Sputnik, les djihadistes se battent désespérément pour chaque ville en investissant de plus en plus de ressources au Maghreb, notamment en Libye.

En 2014, le groupe djihadiste Daech a commencé à intensifier son activité dans la région du Proche-Orient en cherchant à créer un califat sur les territoires irakiens et syriens tombés sous son contrôle. Selon les données de la CIA, près de 30.000 personnes venant de 80 pays du monde combattent aujourd’hui dans les rangs du groupe Daech.

Néanmoins, selon les experts, Daech a perdu le contrôle de près de 22% de ses territoires en Syrie et en Irak au cours des 14 derniers mois.

La Russie et les États-Unis ont convenu d’un cessez-le-feu en Syrie à compter du 27 février à minuit. Les frappes contre Daech, le Front al-Nosra et d’autres groupes reconnus comme terroristes par le Conseil de sécurité de l’Onu se poursuivent néanmoins.

Une trêve entre le régime de Bachar al-Assad et les rebelles a permis aux troupes loyalistes de se concentrer sur la lutte contre les jihadistes, exclus de l’accord initié par Washington et Moscou.

Ce cessez-le-feu est globalement respecté depuis son entrée en vigueur le 27 février dans l’ensemble de la Syrie, mais les combats continuent dans les zones où se trouvent les djihadistes de l’organisation Etat islamique (EI) ou du Front Al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda sont actifs.

 

syria iraq map update as of april 2016
En vert: Contrôlé par par l’Armée syrienne libre et le Front islamique (Opposition Syrienne) En rose: Contrôlé par le gouvernement syrien. En pink : Contrôlé par le gouvernement irakien. Gris: Contrôlé par l’État islamique En blanc: Contrôlé par le Front al-Nosra En jaune: Contrôlé par les Forces démocratiques syriennes (Kurdes Syriens) En jaune foncé: Contrôlé par les Peshmergas Kurdes irakiens Crédit : Wikimedia

Syrie: l’armée aidée par les Russes prépare une offensive à Alep

Les Troupes aérospatiales russes et l’armée syrienne préparent une opération conjointe visant à reprendre la ville d’Alep, a déclaré le président du Conseil des ministres syrien Wael al-Halki.

Au moins 24 combattants du groupe Etat islamique (EI) et huit civils ont été tués dimanche dans des raids aériens sur Raqa, capitale de facto de l’organisation djihadiste située dans le nord de la Syrie, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Autour d’Alep notamment, “le cessez-le-feu s’est quasiment effondré sur les principales lignes de front”, a ainsi estimé dimanche le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

Au moins 19 membres du Front Al-Nosra et de groupes rebelles alliés ainsi que 16 combattants prorégime ont été tués en 24 heures dans des combats autour d’Alep, a indiqué dimanche l’OSDH.

  • Younes Abaaoud, 15 ans, de retour de Syrie 

«J’arrive ici à 10 heures.» Ces quatre mots prononcés le 18 février dernier lors d’un échange téléphonique ont eu de quoi mettre en alerte tous les services européens. D’après une note d’Interpol et Paris Match, ils ont été prononcés par Younes Abaaoud lors d’une conversation avec sa sœur Yasmina. 

Depuis plus de deux ans, le benjamin de la fratrie Abaaoud fait l’objet d’un suivi par l’anti-terrorisme belge. Younes n’a que 13 ans en janvier 2014 lorsque son frère Abdelhamid vient le chercher à l’école à Molenbeek pour l’emmener en Syrie. Les deux frères y intègrent la Katiba Al-Battar (Epée des prophètes) menée par des Libyens. Ils s’illustrent sur les réseaux sociaux avec des séquences macabres. Présenté comme le plus jeune djihadiste étranger de l’organisation terroriste, Younes apparaît souriant sur des photos armé d’une Kalachnikov.

  • En Syrie, le Front al-Nosra se rêve en émirat

Alors que les activistes syriens ont renoué, à la faveur de la trêve, avec l’esprit anti-Assad des manifestations du début de la révolution de 2011, une autre menace noircit leur horizon: celle du Front al-Nosra, la branche syrienne d’al-Qaida. Dans la province d’Idlib (nord-ouest du pays) qu’il contrôle depuis un an, le groupe djihadiste se rêve aujourd’hui en émirat et cherche à imposer son propre système de gouvernance à l’instar de son rival, l’État islamique.

  • Syrie : premier large d’aide alimentaire à Deir ez-Zor

Cela doit permettre de nourrir 2 500 personnes pendant un mois. Après un échec en février, le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé avoir réussi dimanche 10 avril un premier largage d’aide alimentaire sur la ville assiégée de Deir ez-Zor, dans l’est de la Syrie.

Un avion parti d’Amman en Jordanie et volant à haute altitude, a parachuté sur la ville 26 palettes de denrées alimentaires d’urgence : essentiellement des haricots, des pois chiches et du riz.

Irak

A Mossoul, l’armée irakienne soutenue par des milices et l’aviation de la coalition internationale, a entrepris une vaste offensive pour récupérer ce point stratégique. La reprise de la deuxième ville irakienne, qui s’annonce difficile, est considérée comme l’objectif le plus important de la reconquête des territoires perdus.

La coalition internationale contre le groupe Etat islamique est mieux préparée pour reprendre aux jihadistes Mossoul en Irak que Raqqa en Syrie, a reconnu jeudi un porte-parole militaire américain.
Mossoul, la deuxième ville d’Irak, et Raqqa, la capitale auto-proclamée du groupe Etat islamique (EI), sont les deux grands objectifs prioritaires de la coalition internationale contre les jihadistes dirigée par les Etats-Unis.

  • Irak: un appel à l’aide pour les habitants de Falloujah à l’agonie

Plusieurs notables de Falloujah, la ville irakienne assiégée par les forces armées irakiennes, en appellent à la communauté internationale pour envoyer de la nourriture aux habitants de leur ville.

Quelque 100 000 civils seraient toujours coincés dans la ville tenue par l’organisation Etat islamique et assiégés par les forces irakiennes. Les habitants de Falloujah meurent de faim et personne ne bouge, dénoncent ces membres de la communauté sunnite d’Irak.

 

Libye

Le nombre de terroristes de l’Etat islamique en Libye a presque doublé en une année pour constituer à présent une force entre 4.000 et 6.000 combattants, a indiqué le général David Rodriguez, chef du Commandement de l’armée américaine pour l’Afrique (AFRICOM).

Les djihadistes profitent du chaos politique pour s’imposer en Libye, pays actuellement tiraillé entre deux parlements et deux gouvernements, l’un à Tripoli, l’autre à Tobrouk, qui se disputent le pouvoir sur fonds de violence meurtrière.

  • La Libye entrevoit une sortie de crise

Une dizaine de jours seulement après son arrivée mouvementée à Tripoli le 30 mars, le nouveau gouvernement d’union nationale dirigé par Fayez Al Sarraj, appuyé par les Nations unies et les puissances occidentales, s’efforce non sans succès de s’imposer comme l’une des forces principales du pays.

Le 7 avril, le gouvernement d’union nationale a réussi à gagner du terrain sur son rival en prenant le contrôle du site Internet officiel du pays, et en y apposant son propre logo.

La transition qui s’opère à Tripoli ravive les espoirs d’une issue à la crise politique, sécuritaire et économique dans laquelle est plongée la Libye depuis la chute de Mouammar Kadhafi, en 2011. Selon l’accord signé fin décembre 2015 au Maroc sous l’égide de l’ONU, le nouveau gouvernement, présidé par le premier ministre Fayez Al Sarraj, détient désormais les rênes du pouvoir exécutif. Mais c’est le Parlement basé à Tobrouk, à l’est du pays, qui est reconnu par la communauté internationale et qui représente le pouvoir législatif. Et il semble encore loin de vouloir adouber la toute nouvelle autorité.

Les djihadistes se battent désespérément pour chaque ville en investissant de plus en plus de ressources au Maghreb, notamment en Libye.

L’État islamique est présent en Libye depuis 2014, où il applique sa stratégie habituelle: combler le vide du pouvoir provoqué par la guerre civile.

  • Libye : des sites pétroliers évacués pour raisons de sécurité

Selon Reuters , les personnels présents sur trois champs pétroliers de l’est de Libye ont été évacués en raison de craintes d’attaques d’activistes de l’organisation Etat islamique (EI), mais la production n’a pas été affectée car ces gisements étaient déjà à l’arrêt, a-t-on appris dimanche de sources du secteur pétrolier et des services de sécurité.

 

map libya april 2016
En  noir les villes occupées par Daesh. Caption crédit par Wikimedia

 

Lisez plus: 

Institut for the Study of War: Analysis of the current situation in Iraq, Syria and beyond
Syrie/Irak: les principaux reculs de l’EI depuis début 2015
Irak: la coalition détruit l’ex-consulat turc de Mossoul, abri de l’EI
ANALYSE DE LA SITUATION POLITIQUE ET MILITAIRE EN IRAK – AVRIL 2016

 

Advertisements

Thank you for your contribution

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s