cartoon wales scotland united kingdom europe

Brexit : l’Écosse et l’Irlande du Nord ne sont pas du même avis que les Anglais et les Gallois

En votant, à contre-courant,au référendum pour le maintien, l’Écosse et l’Irlande du Nord pourraient prendre le large. Le début de la désunion du Royaume-Uni  approche-t-elle?

Ce vote  qui est un désaveu pour la construction européenne ainsi que pour le Premier ministre conservateur David Cameron, qui a d’ailleurs annoncé sa démission, ouvre une ère d’incertitude sans précédent depuis des décennies pour le Royaume-Uni. Si bien qu’il pourrait rebattre les cartes d’un Royaume-Uni désormais divisé.

La construction du Royaume-Uni tel qu’on le connaît aujourd’hui

Pour faire simple, on peut dire que le Royaume-Uni s’est construit de manière progressive. Cela a commencé en 1707 quand les royaumes d’Angleterre et d’Ecosse se sont unifiés, alors que l’Angleterre possédait déjà de Pays de Galles. Ensuite, en 1801, le Royaume d’Irlande est unifié. Mais au 20e siècle, l’Irlande devient indépendante en 1922, et seule la partie Nord, l’Irlande du Nord, reste dans le Royaume-Uni.

La désunion

Jamais auparavant le Royaume-Uni n’a aussi mal porté son nom. Alors qu’elle vient de choisir par référendum de quitter l’Union européenne, l’union des quatre nations (Angleterre, pays de Galles, Irlande du Nord et Écosse) est d’ores et déjà menacée. Même si les Anglais et les Gallois ont voté majoritairement pour le Brexit,les Irlandais du Nord Nord-Irlandais et les Ecossais ont, par contre, soutenu le maintien.

L’Irlande du Nord ainsi voté le maintien dans l’UE à 56 %. Le parti nationaliste irlandais Sinn Féin a déjà appelé à un référendum sur une réunification avec sa voisine, la république d’Irlande indépendante et membre de l’UE. Cette ex-vitrine politique de l’Armée républicaine irlandaise a souligné que le Brexit avait des « conséquences de taille sur la nature de l’Etat britannique ».

Le Sinn Féin voit dans le Brexit un risque de rematérialisation de la frontière avec l’Irlande et redoute de voir Belfast sortir d’une Europe qui a injecté des milliards d’euros pour soutenir la province après les accords de paix du Good Friday de 1998.L’accord du Vendredi saint de 1998 a été signé parce que Londres et Dublin étaient tous deux membres de l’UE. » Or ce texte précise que, si une majorité de citoyens nord-irlandais se prononce pour un rattachement à l’Eire, alors un référendum sur la réunification doit être organisé.

«Le gouvernement britannique n’a désormais plus de mandat démocratique pour représenter les habitants d’Irlande du Nord dans les futures négociations avec l’Union européenne», a-t-il déclaré au micro de la radio RT, Martin McGuinness, membre du Sinn Féin et vice-premier ministre de l’Irlande du Nord.Le parti républicain a souligné que le référendum sur l’UE avait des “conséquences énormes sur la nature de l’État britannique”, sachant que l’Écosse et l’Irlande du Nord ont voté pour un maintien au sein de l’Union européenne.

Quel futur pour l’Ecosse?  En Écosse,la déception est grande vu que  le « Remain » est sorti largement victorieux à 63 %. « Nous avons voté pour rester dans l’Union européenne. Malgré le vote des Britanniques en faveur du Brexit ce vendredi, le Premier ministre de l’Ecosse, Nicola Sturgeon, a prévenu que l’Ecosse voyait “son avenir au sein de l’Union européenne”. L’Écosse a délivré un vote fort et sans équivoque pour rester dans l’UE, et je salue cette approbation de notre statut européen. L’Écosse a parlé, et de façon décisive », a déclaré la Première ministre Nicola Sturgeon.

Réitérant ses menaces d’avant scrutin, la chef de file du Scottish National Party (SNP) compte réclamer la tenue d’un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Écosse. Le deuxième en deux ans. Elle refusait jusqu’à présent de demander un nouveau vote si les partisans de l’indépendance ne représentaient pas au moins 60 % des électeurs. Le divorce semble bel et bien consommé entre l’Ecosse majoritairement pro-européenne et le reste du Royaume-Uni.

Sources: TheGuardian, France24, LePoint.fr, Le Figaro.fr

 

 

Advertisements

2 thoughts on “Brexit : l’Écosse et l’Irlande du Nord ne sont pas du même avis que les Anglais et les Gallois”

Thank you for your contribution

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s