caricature erdogan syrie kurdes

La Turquie entend régler son “problème Kurde” en Syrie en risquant une guerre totale avec les Kurdes.

*Reminder:    This blog militates for the political solving of the Kurdish issue between Turkey and the Kurds. Violence only reproduces violence.Thank you!  

 Selon Reuters ou Sputnik, des dizaines de civiles ont été tuées dans les bombardements Turcs en Syrie.

Comme chacun l’a compris les dernières heures, l’objectif de la Turquie en Syrie ,c’est l’affaiblissement des Kurdes et non de l’Etat Islamique. C’est pourquoi, la libération de la ville de Jarabulus par Daesh a été juste une proménade pour la coalition turque vu que les djihadistes de Daesh n’ont pas vraiment résisté en reculant leurs forces vers la ville de Al-Bab. Certains médias, ont même rapporté que des djihadistes de Daesh ont juste changé d’uniforme et ils ont mis l’uniforme de FSA, tout cela orchestré par la Turquie.

Au moins quelques jours après c’est clair :L’opération “Bouclier de l’Euphrate” lancée la semaine dernière par la Turquie dans le nord de la Syrie vise à empêcher la formation d’un corridor kurde, a affirmé lundi le vice-Premier ministre turc.

“Le but de l’opération est de nettoyer la région du groupe jihadiste Etat islamique (EI) et d’empêcher le PYD et les YPG de mettre en place un corridor de bout en bout” qui “diviserait la Syrie”, a affirmé Numan Kurtulmus, cité par la télévision turque NTV.

  • Des bombardements ciblant des partis politiques kurdes de Syrie

Le week-end a été marqué par de violents affrontements entre les militaires turcs et les combattants kurdes ou soutenus par eux, pris sous le feu nourri de l’artillerie et des avions d’Ankara. L’armée turque a fait état dimanche de la mort de “25 membres terroristes” du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et du Parti de l’Union démocratique (PYD) -le principal parti kurde de Syrie- près de Jarablos. “Toutes les mesures ont été prises pour empêcher que les populations civiles ne soient touchées”, a-t-elle insisté, citée par l’agence de presse progouvernementale Anadolu.

Cela signifie que le nouveau combat oppose deux forces syriennes soutenues par les Etats-Unis l’une contre l’autre.

  • Les Kurdes et non la Daesh  est la cible principale pour la Turquie

Or, ce qui est inquiétant, la Turquie révèle les motifs réels de son opération en Syrie en visant les forces kurdes et pro-Kurdes plutôt que de combattre les terroristes de Daech. Elle a réussi à mettre en conflit direct l’opposition syrienne dite “modérée” (pour certaines de ses branches elle ne l’est sûrement pas), le FSA, contre la coalition arabo-kurde, le SDF, alliés des Etats-Unis. Aujourd’hui, les Kurdes sont la seule force au sol syrien qui lutte effectivement contre Daesh et mérite en ce sens un soutien maximum de la part de la communauté internationale. En plus, il faut se poser la question de ce qu’elle fait le front Fateh Al-Sham, plutôt connu sous le nom Nusra Front allié d’Al-Qaïda en Syrie, qui fait partie de la coalition turque.

Ainsi, la Turquie a décidé de frapper les milices kurdes en Syrie, en envahissant la Syrie avec ses avions militaires et l’artillerie turque sous prétexte que l’Etat Islamique a conduit l’attentat à Gaziantep qui a tué plusieurs civils kurdes. Ironie?

En réalité, l’invasion de la Syrie est directement liée à la défense des intérêts nationaux de la Turquie. À la suite des développements récents dans le nord de la Syrie où les forces kurdes ont libéré des zones importantes de la rive ouest de l’Euphrate, il y a quelques semaines, et parmi ces zones la ville de Manbij, ont ainsi déclenché l’invasion turque au sol syrien. La ligne rouge pour la Turquie est la fusion des cantons kurdes tout au long de la frontière turco-syrienne un fait qui créerait, par la suite,  des perspectives de revendications kurdes, qui pourraient être mis sur la table des pourparlers de paix à Genève concernant le règlement, de la question syrienne.

À bon entendeur, la Turquie voudrait un espace,un corridor,  sous son contrôle entre le Nord de la Syrie pour pouvoir jouer son double-jeu avec l’opposition syrienne et les autres acteurs de la guerre en Syrie!

  • Le rôle des États-Unis dans ce conflit Turco-Kurde en Syrie

Alors que les États-Unis en particulier essayent de servir comme un intermédiaire entre leurs deux alliés afin de se concentrer le plus possible sur la lutte contre l’Etat islamique, il est difficile de voir comment cela ne va pas entrer la Syrie dans un nouveau chaos. Pour les Kurdes, tous les conflits visent à créer un Kurdistan autonome au Nord de la Syrie mais à part cela, ils jouent leur survie contre Daesh. Quant à la Turquie, elle fait tout ce qui est possible pour éviter le fondement d’un état kurde à ses frontières quitte à s’allier avec des groupes islamistes radicaux.

Les affrontements entre la Turquie et les forces arabo-kurdes en Syrie sont “inacceptables”, déclare ce lundi le Pentagone américain, qui appelle toutes les parties à “cesser” les combats.

“L’EI n’est pas présent au sud de Jarablos”, fait remarquer le Pentagone. “Les Etats-Unis ne sont pas impliqués dans ces activités […], nous ne les soutenons pas”.

Pour le New York Times, dans le cadre d’un rééquilibrage et pour laisser un espace libre à la Turquie au Nord de la Syrie, les États-Unis ont mis en garde les Kurdes la semaine dernière qu’ils devraient faire revenir leurs forces sur la côte orientale de l’Euphrate. En d’autres termes, ils leur demandent de céder le contrôle des zones qu’ils avaient saisies récemment par les combattants de l’ Etat islamique.

Cependant, on ne sait pas encore ce que les États-Unis feront si leurs deux alliés continuent à se battre entre eux. Les États-Unis demandent un cessez -de-feu immédiat entre la Turquie et les Kurds en Syrie. Quant à la Russie, elle demande que la Turquie entre en contact avec le régime d’Assad pour toute intervention en Syrie afin d’assurer l’intégrité  territoriale du pays.  Ça sera une première pour la Turquie d’envahir un autre pays et laisser partir les zones saisies.

Credit Image:@Carlos Latuff

Nos autres analyses de ce mois-ci en français:

 

Advertisements

One thought on “La Turquie entend régler son “problème Kurde” en Syrie en risquant une guerre totale avec les Kurdes.”

Thank you for your contribution

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s