Le Président Russe Vladimir Poutine explique ce qui s’est réellement passé entre la France et la Russie

S-agit-il d’une nouvelle guerre froide entre la Russie et le France?

Est-ce que la France ne recevra pas le président Poutine qui apparaît comme un personnage encombrant pour des raisons politiques intérieures ?

Décidement, les Russes ne veulent rien négocier sur leur soutien à Bachar Al Assad! La France,  comme les Etats-Unis  d’ailleurs, soutient l’opposition syrienne.

Quant à François Hollande, quelques jours auparavant, (10 Oct.) il tergiverse. “Je me pose encore la question” de savoir s’il faut recevoir Vladimir Poutine, déclare le président français dans une interview accordée à “Quotidien”, lundi 10 octobre, sur TMC. “Est-ce que c’est utile ? Est-ce que c’est nécessaire ?”, poursuit le chef de l’Etat, sans trancher.

Mardi 11 octobre, l’Elysée annonce que la visite du président russe, prévue pour le 19 Octobre, est reportée sine die. Le président russe y était attendu pour inaugurer une cathédrale orthodoxe mais la présidence française souhaitait organiser une réunion sur la Syrie. Selon François Hollande, le dialogue doit être ferme et franc sur ce dossier qui divise les deux pays. Ils devraient se rencontrer le 19 octobre dans le cadre d’un dîner consacré à la situation dans l’est de l’Ukraine, sauf changement d’agenda.

Selon le quotidien Le Monde, Paris avait proposé que les rencontres avec les autorités françaises et le président François Hollande se réduisent à une simple « visite de travail centrée sur la ­Syrie ». « Avec la Russie, le dialogue est nécessaire, mais il doit être ferme et franc », a expliqué le président français devant l’assemblée générale du Conseil de l’Europe, à Strasbourg, tout en reconnaissant le « désaccord majeur sur la Syrie » entre Paris et Moscou.

De l’autre côté, en lisant même le titre du journal d’état en ligne  RT en français on peut comprendre beaucoup de choses. Intitulé «La France n’est pas en position de dicter ses conditions à la Russie» l’article nous dit tout simplement  que le président Hollande n’a pas compris qu’il ne se ferait pas prier par Poutine.

Le professeur  à l’INALCO Bruno Drweski explique sur RT:

Je pense que François Hollande veut jouer un rôle d’intermédiaire entre l’Ouest et la Russie, mais en même temps il ne veut pas rompre avec les Etats-Unis et Israël, qui sont directement impliqués dans le conflit syrien. Et il n’ose pas prendre de décisions qui fâcheraient les Etats-Unis, qui n’ont absolument pas aujourd’hui comme objectif le retour de la paix en Syrie, mais qui ont toujours comme objectif la destruction de l’Etat syrien et son morcellement en plusieurs étapes. Dans ce contexte-là, si la France reste l’allié inconditionnel des Etats-Unis, elle ne peut prendre aucune initiative. Cette fois-ci, le président Hollande n’a pas compris qu’il ne se ferait pas prier par Poutine. Poutine est tout simplement un chef d’Etat indépendant, qui n’a pas besoin de prier les chefs d’Etats occidentaux pour être accueilli, il n’a pas besoin de venir en France.

Finalement, la situation à Alep montre bien que c’est la Russie qui est toujours en position de dicter ses conditions, ce qu’elle ne fait pas. Mais la France ne comprend pas que les Etats-Unis, et donc elle-même, ne sont pas en état de dicter les conditions, qu’ils doivent avoir des négociations d’égal à égal. Poutine vient de répondre à la pression occidentale par des accords assez intéressants avec la Turquie, qui était pourtant dans l’alliance occidentale.

Pour la presse russe, cette annulation est une décision sans précédent dans les relations bilatérales. Un geste grave qui rappelle l’époque de la guerre froide, commente l’analyste Fiodor Loukianov tandis que pour le journal Kommersant, la fermeture de ce canal diplomatique pourrait accélérer la formation d’une coalition occidentale contre Moscou.  Pendant la crise ukrainienne, le président français jouait le rôle de médiateur, il menait une politique indépendante par rapport à Obama mais cette fois, François Hollande a refusé d’accepter la logique de Moscou.

De la part de la presse française? il y a eu pas mal des réactions et analyses sur ce sujet également: « La diplomatie est un art subtil. De ce point de vue, François Hollande a eu tort, samedi, de se poser des questions sur le fait de recevoir Vladimir Poutine. Car on s’expose au risque d’une réponse condescendante », assène Guillaume Goubert, dans La Croix. Jacques Hubert-Rodier, dans Les Echos, se montre virulent : « cette fois-ci, François Hollande a commis une lourde faute face à l’homme fort du Kremlin: celle de l’hésitation ». « Une hésitation qui a fourni sur un plateau au maître du Kremlin un prétexte pour reporter sa visite », regrette-t-il.

Michel Eltchaninoff, Docteur en philosophie il va un peu plus loin en parlant au journal le Point.fr

 La France est considérée par le président russe comme un pays faible. Incapable de s’extraire de son paradigme soixante-huitard, il accumulerait aujourd’hui les problèmes dus à sa propre impuissance : laxisme, appauvrissement du sentiment patriotique, amnésie historique, règne du politiquement correct, tensions interculturelles, terrorisme islamiste, absence de grandes perspectives. Pour le Kremlin, François Hollande dirige tant bien que mal une petite province, soutenu du bout des lèvres par 10 % de la population, tandis que Vladimir Poutine, fort de l’enthousiasme de son peuple à son égard, commanderait fièrement un pays-continent. Il ne faut cependant pas oublier qu’en termes de puissance économique la France se situe devant la Russie.

Pourtant, lors de cet entretien à la télé le Président Poutine, lors d’un forum économique à Moscou, il semble qu’il refuse l’escalade avec la France:

«Dans nos relations avec la France, le peuple français et en particulier avec les investisseurs, rien n’a changé», a tenté de rassurer le président russe qui, emporté dans son élan, a finalement associé le chef de l’Etat français à ses vœux de normalisation. «Avec le président Hollande, j’ai de très bonnes relations personnelles que je chéris beaucoup et j’espère qu’elles nous aideront à surmonter les difficultés actuelles», a-t-il conclu.

Sources: Le Figaro, RT.com, Le Monde, BFMTV, Le Point, La Croix.fr, les Echos

france russie
La France et la Russie dans le monde. Carte Wikipedia
Advertisements

3 thoughts on “Le Président Russe Vladimir Poutine explique ce qui s’est réellement passé entre la France et la Russie”

Thank you for your contribution

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s