mur algérie maroc

Mur entre le Maroc et l’Algérie : «le mur de la honte en Afrique du Nord»

  • (The real wall between Algeria and Morocco that nobody cares or talks about! )

Le mur entre l’Algérie et le Maroc quelqu’un en parle? La construction d’un mur entre le Maroc et l’Algérie risque de rendre les relations entre les pays encore plus compliquées.

L’Algérie a entamé la construction d’un mur en béton le long de la frontière marocaine. Haut de 3,5 m et long de 5 km, ce mur est situé près de la ville marocaine de Chraga, considérée comme le point de passage principal des migrants subsahariens et de la contrebande de carburant algérien, selon la presse marocaine.

En 2014, le Maroc a lancé la construction d’un autre mur en béton, le long de la frontière algérienne, sur 150 km. Cette frontière fermée depuis 1996 est la principale source de problèmes  qui empoisonnent les relations entre les deux pays. Et la séparation entre ces deux pays voisins devient plus concrète que jamais: l’Algérie et le Maroc continuent de se barricader.

De fait, les arguments d’Alger et de Rabat, qui justifient le nouveau mur arguant qu’il permettra de lutter contre la contrebande, le trafic de drogue, l’immigration clandestine et le terrorisme, sont peu convaincants pour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’une frontière en dur ne fera que «déplacer le problème» ; ensuite, parce que la course au renforcement des frontières entre le Maroc et l’Algérie n’est pas nouvelle et a déjà échoué.

Pour Fatiha Daoudi (F. D.), (docteur en sciences politiques et chercheuse associéecau Centre Jacques Berque de Rabat), qui a donné une interview à RT l’année dernière,  les raisons invoquées ne sont pas très convaincantes car les murs qui ont été construits, au niveau des frontières, de par le monde, n’ont jamais empêché la contrebande et le terrorisme. Au contraire, ils ne font que les exaspérer, particulièrement la contrebande.

Il existe depuis 22 ans un véritable mur entre les deux pays : c’est la fermeture des frontières terrestres décidée par les gouvernants algériens. Ce mur passe inaperçu sur le plan international car il est invisible ! Cette fermeture sépare une même population et pénalise les frontaliers qui, de tout temps, ont commercé ensemble et entretenu des relations familiales très fortes. Les frontaliers vivent un véritable drame humain depuis 1994, date de la fermeture.

Pourtant, un mur existait et existe déjà entre les deux pays avant l’érection en cours de ce mur de béton : le mur psychologique.Ce mur de béton qui s’édifie à présent à l’image de celui érigé par l’ancien Premier ministre israélien Ariel Sharon pour séparer de manière radicale les Palestiniens des Israéliens, n’est en fait que la matérialisation spatiale du mur psychologique institué entre les deux pays et que les médias et les discours chauvins des deux régimes alimentent depuis de longues années.

Selon TSA-Algérie le Maroc construit son mur car il craint que ses propres ressortissants partent faire le « djihad » en Libye ou en Syrie. Ils seraient entre 1000 et 3000 individus, selon les sources. Ceux-là n’emprunteraient sans doute pas la frontière terrestre algéro-marocaine.

Du point de vue de l’Algérie, la mise en place d’une mesure peut contribuer à ralentir le phénomène de la contrebande et réduire le trafic de drogue. Cela pourra éventuellement réduire le nombre de soldats, de gendarmes et de douaniers nécessaires pour surveiller la longue et poreuse frontière.

Mais l’efficacité d’un tel dispositif reste sujet à caution.En fin de compte, ces murs traduisent l’incapacité des deux pays à dialoguer et à rétablir leurs relations politiques.

mur algérie maroc
https://twitter.com/DilemAli
  • Le statut final du Sahara occidental, qui figure toujours sur la liste des « territoires non autonomes » de l’ONU, reste à déterminer:
Le conflit du Sahara occidental, territoire situé entre le Maroc, l’Algérie au nord-est et la Mauritanie à l’est et au sud, oppose cette ancienne colonie espagnole au Maroc depuis que le Front Polisario l’a déclarée indépendante en 1976 sous le nom de République arabe sahraouie démocratique (RASD), avec le soutien de l’Algérie. Les forces marocaines et algériennes s’y affrontent entre fin 1975 et 1976, faisant des dizaines de milliers de réfugiés en Algérie.
La guerre d’embuscade avec le Front Polisario prend fin en 1991. Le Maroc contrôle et administre environ 80 % du territoire, tandis que le Front Polisario en contrôle 20 % laissé par le Maroc derrière une longue ceinture de sécurité, le « mur marocain ».
L’Algérie met en avant sa position politique, fondée sur le principe de l’autodétermination des peuples à disposer d’eux-mêmes, principe que le Maroc rejette au nom de l’appartenance historique de ces territoires à la monarchie, territoires annexés de fait par l’Espagne en 1884 après avoir placé toute  la région du Rio de Oro qui s’étend du cap Bojador au cap Blanc, sous sa protection.

Sources:

Some English Links:

Morocco Builds 100-Km Fence Along Borders With Algeria

Algeria Erects a Fence Along Border with Morocco

Algeria raises its own against the border fence built by Morocco

Advertisements

4 thoughts on “Mur entre le Maroc et l’Algérie : «le mur de la honte en Afrique du Nord»”

Thank you for your contribution

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s