propagande russe

Russia Today (RT France) et Sputnik: Retour sur leur “propagande” anti-Macron

  • Cet article n'a pas comme but d'accuser la Russie car on prône pour une coopération plus large entre la Russie et l'Union Européenne.

Russia Today et Sputnik, deux médias pro-Poutine ayant leur antenne en France, ont colporté largement des propos et  informations anti-Macron pendant la campagne présidentielle et pas seulement selon Libération.fr et leFigaro.fr (deux médias ayant un point de vue différent sur la politique française).

  • Pourtant, il ne faut pas totalement annihiler tout le travail fait par Russia Today et Sputnik qui parfois nous donnent des nouvelles qu’on ne peut pas trouver ailleurs!

Les deux médias, qui ont plusieurs abonnés en France via Facebook, Twitter et Periscope, directement liés à l’Etat russe, sont les relais les plus puissants de la guerre de l’information déclenchée par Moscou. Lors de la bataille d’Alep, en décembre dernier, ces médias préféraient mettre en avant les « scènes de liesse et d’euphorie dans les rues d’Alep » selon Nouvelobs.fr

Pour certains, les médias russes ne font rien d’exceptionnel. Ils sont dans la même lignée que la BBC pour le Royaume-Uni ou RFI pour la France.

“Le Kremlin y attache une grande importance diplomatique et stratégique au même titre que les entreprises de l’armement ou de l’énergie”, expliquait récemment à France 24 Julien Nocetti, chercheur associé à l’Institut français des relations internationales (Ifri) et spécialiste de la Russie.

Accusés d’avoir tenté de favoriser la candidate Marine Le Pen, dont le programme était jugé plus compatible avec les intérêts Russes, ces deux médias ont fait l’objet d’un sévère recadrage de la part d’Emmanuel Macron. Le président a fort peu apprécié que des rumeurs sur un éventuel compte offshore dissimulé, aient été relayées. Un ressentiment qu’il n’a pas hésité à signifier vertement à une journaliste de Russia Today lors d’une conférence de presse donnée depuis le Château de Versailles.

Sputnik et RT se montrent très proches de la droite pro-russe et du Front National. Ces médias font de Marine Le Pen le personnage politique le plus important de France. Rappelons que le Front National est financé en partie par la Russie. Sputnik titre, le 5 février 2015, « Marine Le Pen, virtuellement présidente de la France » tandis que RT, plus récemment, le 7 octobre 2016, mettait en avant la candidate à la présidentielle dans un article sur le placement de son QG de campagne situé à quelques pas de l’Elysée : « Marine Le Pen se rapproche de l’Elysée … enfin, presque »

Le président en tant que candidat a porté plainte,  après que sa rivale d’extrême droite a affirmé pendant le débat télévisé de l’entre-deux-tours qu’il détenait un compte offshore aux Bahamas. L’entourage de M. Macron a déclaré que l’information avait été massivement relayée par des comptes proches de Sputnik et Russia Today et d’autres sites favorables au président russe Vladimir Poutine. La justice a ouvert une enquête pour savoir d’où provenait la rumeur.

«La totalité de tous les journalistes étrangers professionnels, y compris Russes, ont eu accès à ma campagne. C’est simple. Les règles sont ainsi et ce sera toujours les mêmes , a précisé Emmanuel Macron. Avant de renchérir: «Et c’est en cela qu’il était grave que des organes de presse étrangers, sous quelque influence que ce soit, aient interféré en répandent des contrevérités graves dans une campagne démocratique. Et à cela, je ne céderai rien». «Donc on va se dire les choses en vérité: Russia Today et Sputnik ne se sont pas comportés comme des organes de presse et des journalistes, mais ils se sont comportés comme des organes d’influence et de propagande mensongère, ni plus ni moins», a conclu le président.

Selon Linkfluence et Libé, le contenu le plus viral pendant la période étudiée a été une vidéo de RT postée sur Facebook le 26 avril, vue un million de fois et dotée de ce commentaire : «Emmanuel Macron rudement accueilli par les ouvriers de l’usine Whirlpool d’Amiens en grève.» D’une durée de vingt-quatre minutes et de piètre qualité, elle montre des salariés de l’usine d’électroménager très hostiles à l’ancien ministre, conspué par une foule criant des «Marine présidente». (En plus cette vidéo est restée comme “embed post” au premier plan de cette page Facebook pendant plusieurs jours).

anti macron rt.com

Le deuxième contenu le plus partagé, vu plus de 500 000 fois sur Facebook, est aussi une vidéo de RT : une interview du sulfureux essayiste belge Jean Bricmont. Publiée le 24 avril, elle est surmontée du titre «Avec Macron, Hollande mériterait “le prix Nobel de manipulation politique”». Editorialiste récurrent de RT, Bricmont estime notamment, à propos de Macron, que «la France ne mérite pas ça» et, à propos de Marine Le Pen, que «le fascisme n’est pas un argument» contre elle.

rt france jean bricmont

Vient ensuite un article de RT publié sur Facebook le 29 avril, d’une finesse certaine : «Le recours à Hitler, l’ultime arme des soutiens de Macron ?» Il déplore la «réduction ad Hitlerum» opérée par «les médias et la presse» contre Marine Le Pen. A l’inverse, les titres des articles sont beaucoup moins déplaisants et critiques à l’égard de la championne de la «France apaisée», qui a eu l’honneur d’un entretien filmé sur RT après sa rencontre avec Poutine, le 24 mars.

rt.com porte parole d'en marche
https://www.facebook.com/RTFrance/videos/1956893847876474/

!!!Si sur le moment le président russe n’a pas réagi face à ces accusations, la réaction des médias mis en cause ne s’est pas faite attendre:

Ce mardi la contre-attaque est venue de la présidente de RT France, Xenia Fedorova : “Nous ne nous attendions pas à ce que le président Macron continue de proférer ces accusations”, explique-t-elle dans une vidéo diffusée sur le site de RT. Selon elle : “le site de RT France est facilement accessible à tous et n’importe qui peut vérifier qu’aucun des articles qui traitent d’Emmanuel Macron ne peut permettre de dire que nous faisons de la propagande.”

RT et Sputnik, exemptes de toute propagande anti-Macron ? C’est avoir la mémoire un peu courte. Si les relations entre Macron et les deux médias russes sont tendues depuis le début de la campagne, c’est notamment en raison de quelques antécédents.  Exemple ? On se souvient de l’article à charge publié en février sur Sputnik, dans lequel le député LR Nicolas Dhuicq, faisait écho aux ragots sur la prétendue homosexualité de Macron, un candidat soutenu par “un riche lobby gay”, le qualifiant au passage d“agent américain qui fait du lobbying pour les intérêts des banques“.

RT et Sputnik n’avait pas manqué non plus de se faire les relais du fondateur de Wikileaks, Julian Assange, laissant entendre, sans davantage d’éléments précis, que les e-mails d’Hillary Clinton contenaient des révélations compromettantes sur le candidat. On peut citer aussi cet article de RT à la démonstration plus que confuse, insinuant que Patrick Drahi le patron du groupe Altice (L’Express, Libé…) serait “l’obligé d’Emmanuel Macron”. Enfin, autre exemple d’info non étayée, la rumeur relayée par RT selon laquelle, lors de son déplacement au Liban, Macron aurait séjourné au sein de la résidence officielle de l’ambassadeur de France “aux frais des contribuables français“. Une “rumeur” (du propre aveu de RT), provenant d’une source anonyme, tirée d’un billet de blog non signé et démenti, auquel le site pro-russe accordait tout de même trois paragraphes. Sputnik avait pris la défense de RT avec pour toute justification : “M. Macron a démenti cette information, mais les rumeurs courent toujours.” ( source: nouvelobs.fr)

Selon Libération, afin de faire passer la propagande russe, les deux médias n’hésitent pas à tordre la réalité à leur profit. Le 13 décembre, RT a propulsé une vidéo qui a beaucoup tourné sur les réseaux sociaux (600 000 vues sur YouTube en trois jours). Son titre éloquent («ONU : une journaliste démonte en deux minutes la rhétorique des médias traditionnels sur la Syrie») semble indiquer que l’intervention a eu lieu dans le cadre officiel de l’organisation internationale. Or il n’en est rien.

 

Advertisements

One thought on “Russia Today (RT France) et Sputnik: Retour sur leur “propagande” anti-Macron”

Thank you for your contribution

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s