From London with Love: La Guerre Intérieure (the War Within)

Un attentat a de nouveau frappé le cœur de Londres, samedi 3 juin au soir. Trois assaillants à bord d’une camionnette ont foncé dans la foule sur le London Bridge. Ils ont ensuite attaqué des passants au couteau dans le quartier voisin de Borough Market, avant d’être abattus par la police. L’attaque terroriste a fait sept morts et au moins 48 blessés, selon un bilan provisoire. 

“Enough is enough” (“trop c’est trop”). Cette petite phrase, prononcée par Theresa May au lendemain de l’attentat est loin d’être un simple aveu d’échec face à un terrorisme qui a endeuillé trois fois la Grande-Bretagne ces trois derniers mois. Selon France24, au-delà de ce constat implacable, la chef du gouvernement britannique a fait un véritable mea culpa. Dans sa quête de construction d’une société multiculturaliste idéale, le Royaume-Uni est devenu le terrain de prédilection du radicalisme islamiste.

Le 20 juillet 2015, le Premier ministre David Cameron avait admis être dépassé par la situation. “Nous devons faire face à une vérité tragique : il y a des gens qui sont nés, qui ont grandi dans ce pays, et qui ne se sentent pas vraiment de liens avec la Grande-Bretagne”, avait admis le chef du gouvernement en promettant des mesures contre la “ségrégation” dans les établissements scolaires et le logement. “Il n’est pas possible que des gens passent toute leur vie sans aucun contact avec des personnes d’autres religions.”

Tous les 2 mois ( ou enfin presque! ) un loup solitaire sème la terreur quelque part en Europe soit à bord d’un camion soit muni d’une ceinture explosive en décidant ainsi de manière délibérée de mettre fin à sa vie et à celle des autres qui sont autour de lui en ce moment-là. Les terroristes d’aujourd’hui cherchent «activement à se doter de moyens nucléaires, radiologiques, biologiques ou chimiques, pour accréditer l’idée qu’ils disposent d’armes de destruction massive». Loin d’être fantaisiste, cette assertion est extraite d’un rapport que consacre le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) aux «chocs futurs» qui guettent la France d’ici à 2030.

De cette façon, le terroriste ne met pas seulement fin à sa propre vie mais à celle des autres aussi, en entraînant dans la mort injuste et sans gloire des dizaines d’autres personnes. Ici on ne parle pas seulement d’une perte si douloureuse pour les proches des victimes mais d’une perte qui touche indéniablement toutes les classes au sein de notre société.

D’ailleurs, ça c’est leur “but”. Le but de vivre dans une société imprégnée par la terreur. Et des telles tragédies comme celle du samedi de 3 Juin semblent se répéter, comme s’il s’agissait d’une vérification statistique en vue d’assurer la peur et la haine au sein de nos sociétés, en établissant une nouvelle norme laquelle on refuse toujours d’accepter car pour nous le terrorisme n’est qu’un fait “provisoire”. Combien  faut-il de morts encore pour en finir avec ce “terrorisme provisoire”?

  • La société multiculturelle en cause?

La société multiculturelle a été considérée comme  l’idéologie centrale de l’Union Européenne et surtout dans le cas du Royaume-Uni, un pays ultra libéral qui a même poussé pour l’élargissement de l’Union Européenne pendant les dernières décennies. La société multiculturelle était aussi considérée comme contrepoids face à l’union économique. En ce sens, l’identité européenne s’est construite basée sur la société multiculturelle, une société dans laquelle tous pouvaient coexistaient également, quelle que soit leur origine ou même leur religion. Les outils mis en place était la tolérance, les acquis démocratiques (pour lesquels les anciennes générations se sont battues pour) et surtout la promesse de la prospérité partout en Europe.

Néanmoins, les derniers attentats au Royaume Uni qui ont eu lieu ces derniers jours ont fait encore resurgir le débat sur le modèle de société multiculturelle jusqu’ici pratiqué par la Grande-Bretagne, modèle que l’on nomme parfois « Londonistan »( selon Amnesty International*-1). Au-delà de ce débat sur le modèle britannique, ce sont toutes les problématiques du « comment vivre ensemble » qui sont remises en question dans les démocraties occidentales, suite aux différents actes terroristes islamistes.

Si les exemples d’intégration réussie sont nombreux, comme en atteste la brillante élection à la mairie de Londres de Sadiq Khan, devenu ainsi le premier maire musulman d’une capitale européenne, d’autres sont plus inquiétants. Certains musulmans, principalement originaires du Pakistan ou du Bangladesh, vivent en vase clos et pratiquent un islam d’un autre âge. Port de la burqa, application de la Charia au civil, écoles coraniques, finances islamiques…. En trente ans, le séparatisme identitaire s’est épanoui dans des villes comme Manchester ou Birmingham mais aussi des quartiers comme Tower Hamlets à Londres.

En 2010, la BBC a révélé qu’une quarantaine d’écoles appartenant au réseau Saudi Students Clubs and Schools in the UK and Ireland, utilisaient des manuels saoudiens qui versaient parfois dans l’antisémitisme ou l’homophobie. Dans cet épisode du magazine Panorama, les journalistes avaient trouvé des livres expliquant schéma à l’appui comment amputer un voleur ou exécuter un homosexuel.

Malheureusement, la rétraction du progressisme mondial et l’ouverture vers l’extérieur de nos sociétés qui a eu lieu au dernières décennies est maintenant une évidence. Les conditions socio-économiques et politiques qu’on tenait comme acquises sont souvent mises en question ou annulées en “sciant” la cohésion sociale et économique, la prospérité et la sécurité dans les sociétés européennes. En conséquence, la polarisation, les divisions et la peur ne font qu’ empirer, et chaque nouveau attentant ne fait que mettre de l’huile sur le feu.

Le multiculturalisme britannique laisse une très grande autonomie aux différentes communautés religieuses et ethniques, et se veut très tolérant, au point de laisser s’exprimer certains discours extrémistes.Au Royaume-Uni, au moins une trentaine de tribunaux islamiques officieux, ou “conseils de la charia”, officient en toute impunité:

Ces tribunaux de l’ombre ne reconnaissent en effet pas forcément les divorces ou mariages civilement conclus devant les autorités officielles, explique The Independant. Or, sans surprise, les femmes ne partent pas du même pied que les hommes dans ces conseils de la charia. Selon les préceptes de la loi islamique, pour divorcer, un homme doit se contenter de répéter trois fois “Je divorce de toi” à son épouse. La femme, elle, a besoin de l’assentiment d’hommes de foi. À défaut, elle risque d’être considérée comme adultérine en cas de remariage.

  • La population musulmane du Royaume Uni: les faits.

La population du Royaume-Uni compte environ deux millions de musulmans. 45 % environ d’entre eux sont nés dans le pays. La majorité est issue de familles venues des pays d’Asie du Sud, notamment du Pakistan (43 %) et du Bangladesh (17 %). Moins de 10 % des musulmans britanniques sont nés dans le monde arabe (Maghreb et Moyen-Orient).

Un million d’entre eux vivent dans la région de Londres, et 150 000 à Birmingham, la deuxième ville du pays. En Angleterre, les autres centres urbains comptant une importante population musulmane sont Bradford, Leicester, Leeds, et Oldham.

De plus, la politique d’asile au Royaume Uni était souvent plus généreuse que sur le continent (depuis quelques années, elle est devenue au contraire très restrictive). De cette façon, la Grande-Bretagne a attiré un grand nombre de militants islamistes, qui ont fait de Londres leur quartier général, d’où l’expression un peu péjorative de « Londonistan ». Grâce à cette politique d’ouverture, le gouvernement britannique pouvait espérer échapper à la menace d’attentats, tout en alignant sa politique étrangère à celle des États-Unis.

Autres sources (les faits): France24, France Info.

Source photo: @Twitter -Bonnie Greer

Advertisements

3 thoughts on “From London with Love: La Guerre Intérieure (the War Within)”

Thank you for your contribution

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s