trump putin kiss

La Russie et les États-Unis au seuil d’une nouvelle guerre froide.

  • La Russie menace les USA après qu’un F-18 de la Navy a abattu un avion syrien près de Raqqa.

De nouveau, la Russie et les Etats-Unis se trouvent au seuil d’une nouvelle guerre froide, a déclaré mercredi Sergueï Rogov, directeur de l’Institut des Etats-Unis et du Canada (Russie), au cours d’une conférence de presse à Moscou (RIA NOVOSTI).Les incidents s’enchaînent en Syrie entre les camps emmenés par les États-Unis et la Russie, accroissant les risques de confrontation entre les deux puissances.

Le partenariat stratégique dont ont parlé les dirigeants des deux pays ces dernières mois est, à bien des égards, une fiction et une déclaration creuse, a-t-il ajouté l’expert. Certains conseillers de Donald Trump le poussent en effet à surenchérir dans se pays, pas tant pour affronter le régime d’Assad, que son protecteur iranien, selon Foreign Policy. Une confrontation qui ne serait pas pour déplaire aux alliés des Etats-Unis auprès de qui Trump s’est le plus engagé, Israël et l’Arabie saoudite, aussi obnubilés que lui par la “menace iranienne”. Pour info: la Russie est impliquée militairement au côté du régime de Bachar al-Assad dans la guerre en Syrie, alors que les Etats-Unis soutiennent et arment une alliance arabo-kurde rivale et des rebelles syriens.

Syrian_Civil_War_map june 2017
Source: @Wikimedia, Rose: Terrain Contrôlé par le gouvernement syrien et ses alliés. –Vert Contrôlé par les rebelles (ASL, Ahrar al-Cham, Jaych al-Islam, et autres…) Blanc: Contrôlé par le Hayat Tahrir al-Cham. Gris: Contrôlé par l’État islamique. Jaune: Contrôlé par les Forces démocratiques syriennes.

Course de vitesse entre les deux blocs: Etats-Unis & la Russie

Deux événements inédits survenus ces derniers jours pourraient  laisser craindre qu’un risque de confrontation entre la Russie et les Etats-Unis pourrait subvenir. Néanmoins, ses incidents doivent être considérés comme isolés selon certains experts:

Dimanche soir, un F-18 Super Hornet de l’US Navy a abattu en combat aérien un Sukhoï-22 de l’aviation syrienne qui venait de bombarder des forces rebelles alliées des États-Unis près de Raqqa, au nord du pays. Le pilote syrien, qu’on a vu descendre en parachute dans une zone contrôlée par l’État islamique (ÉI), manque toujours.

Le même jour, Téhéran a lancé des missiles de moyenne portée contre le territoire syrien, une première en 30 ans. L’ Iran,  lui aussi fait monter la tension, dimanche.Six missiles ont été tirés depuis l’ouest de l’Iran vers l’est de la Syrie, prenant pour cible des « bases terroristes » de l’EI à Deir ez-Zor, ont annoncé les gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime iranien. 

Téhéran, qui voit d’un très mauvais œil la présence américaine dans l’est syrien, fait monter la pression. Pour la première fois en trente ans, depuis la guerre avec l’Irak entre 1980 et 1988, l’Iran a lancé dimanche six missiles en territoire étranger. Un message envoyé à la fois à Washington et à Tel-Aviv alors que Téhéran souhaite assurer une continuité territoriale pour ses forces entre l’Irak et la Syrie pour accroître son influence dans la région. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réagi en affirmant hier qu’Israël surveillait l’activité de l’Iran en Syrie.

La Russie a annoncé lundi son intention de pointer ses missiles vers tout avion de la coalition internationale survolant la Syrie et  a également indiqué qu’il avait coupé un téléphone rouge de « déconflixion » avec le Pentagone, utilisé pour prévenir les affrontements involontaires entre les avions de chasse américains et russes au-dessus de la Syrie.Le vice-ministre des Affaires étrangères de Russie, Sergei Ryabkov, a qualifié l’attaque des États-Unis contre l’avion syrien d’« acte d’agression et une violation directe du droit international »(RIA NOVOSTI).

Du côté américain, le Pentagone réaffirme régulièrement ne pas vouloir affronter le régime syrien ou la Russie et se limiter à la lutte contre l’EI. Les États-Unis ont pour leur part tenté de calmer le jeu dans la soirée en annonçant vouloir rétablir le canal de communication avec la Russie sur la Syrie.

Pourtant, la stratégie de l’administration Trump est pourtant difficile à cerner: Les derniers événements illustrent l’une de ses principales contradictions: aspirer à de bonnes relations avec la Russie et se montrer ferme avec l’Iran, allié russe en Syrie.


L’abattage de l’avion syrien fait suite à une série d’actes d’agression américains contre les forces gouvernementales syriennes. En septembre dernier, les raids aériens menés par les États-Unis ont tué ou blessé jusqu’à 200 soldats syriens dans la province orientale de Deir el-Zour. Alors que le Pentagone a ensuite affirmé que l’attaque était une « erreur regrettable », il fournissait un soutien aérien aux combattants de l’ÉI pour envahir un poste du gouvernement syrien.

Pour WSWS, la menace que l’intervention des États-Unis en Syrie puisse éclater en une guerre régionale et même mondiale est exacerbée par le fait que l’administration de Trump cède aux huiles de l’armée américaine pratiquement toutes les décisions concernant les multiples guerres de Washington, de l’Irak et la Syrie à l’Afghanistan et au-delà.

Le théâtre des sanctions contre la Russie

Par ailleurs, des nouvelles sanctions contre la Russie sont adoptées par le Sénat américain la semaine dernière qui  vont sans doute  “compliquer” les relations entre Moscou et Washington, a dénoncé le président russe Vladimir Poutine.

Le Sénat américain a adopté jeudi de nouvelles sanctions contre la Russie, ainsi qu’un mécanisme inédit liant les mains du président Donald Trump pour la suspension future de toute sanction contre Moscou. Le texte comporte notamment un paragraphe menaçant de pénaliser des sociétés européennes participant à des projets comme celui du gazoduc controversé Nord Stream 2 chose qui a agacé l’Allemagne.

A la suite de l’adoption par Washington de ces nouvelles sanctions contre Moscou liées à la Crimée et la crise ukrainienne, Moscou a annulé une rencontre diplomatique de haut rang avec les Etats-Unis prévue cette semaine à Saint-Pétersbourg.


Advertisements

One thought on “La Russie et les États-Unis au seuil d’une nouvelle guerre froide.”

Thank you for your contribution

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s