ISIL war update as of 5th December, 2014


  • US senators push for ISIL war authorization

Source: presstv.ir

US lawmakers have launched a campaign to test the limits of presidential war powers, introducing measures for a declaration of war against the ISIL terrorist organization in Iraq and Syria.

President Barack Obama declared a war against the ISIL group back in September with administration officials saying the US president had the power to take action unilaterally based on the Authorization for Use of Military Force passed by Congress in the aftermath of the Sept. 11 attacks.

Lawmakers in both parties, however, believe the Obama administration does not have the authority to wage a new war in the Middle East that has not been properly authorized by Congress.

Republican Senator Rand Paul of Kentucky, a likely presidential contender, attempted to force a vote on a declaration of war Thursday. Paul offered his legislation as a last-minute amendment to an obscure clean water bill.

Republicans on the Senate Foreign Relations Committee raised objections and Sen. Paul eventually withdrew his proposal under the promise that he would get a separate debate on the issue.

House Speaker John Boehner said Obama should submit an authorization in the new Congress.

“I’ve got grave concerns that … the plan he’s put in place is not going to accomplish the goal of defeating and destroying ISIL,” said Boehner.

Democrats on the Senate Foreign Relations Committee also launched a last-ditch effort on Thursday for a legal justification for the military campaign against ISIL. Outgoing Democratic chairman, Sen. Bob Menendez, said members had reached an agreement to hold hearings with an eye towards voting on an authorization next week.

Senators will discuss the issue with administration officials during a public hearing on Monday. Menendez said Secretary of State John Kerry or another top official from the Obama administration would testify at a hearing.

Republicans, however, said even if the Democrats accomplish the authorization, the House and the Senate would ignore it when they gain control of Congress. Democrats will hand full control of Congress over to Republicans next month.

President Obama ordered airstrikes against ISIL targets in Syria in September. The air campaign is an extension of air raids in Iraq conducted since August.

The ISIL group made swift advances in much of northern and western Iraq over the summer after capturing large swaths of northern Syria. The US-led campaign has been widely criticized for failing to effectively limit the advance of the militants.

——————————————————————-

  • ISIL ‘advances towards eastern Syria airbase’

Source: aljazeera.com

The Islamic State of Iraq and Levant (ISIL) has said it has taken control of a village near a key government airbase that it now plans to target in the province of Deir ez-Zor.

ISIL on Thursday claimed it was advancing towards the strategic military base, located just outside of the provinical capital, which has long been used by government forces to launch air raids on opposition fighters.

Members of ISIL uploaded a video to social media purportedly showing the armed group in control of the Al Jafra village.

Gaining control of the area surrounding the base is also important to access its rich oilfields, which has been fought over since the country’s conflict began in 2011.

Another one of ISIL’s main targets in the region is a large weapons depot.

ISIL currently governs over most of Deir ez-Zor, including the provincial capital, but the Syrian government has maintained control over some parts of it.

Losing the strategic airbase could be a major blow to government forces in the province.

——————————————————————————-

  • ISIS sets up training camps in Libya: U.S. admits a ‘couple of hundred’ militants have gathered in country at various sites as group’s reach grows

U.S. general: ISIS has training camps in Libya

Source: alarabiya.net

ISIS has set up training camps in eastern Libya, says General David Rodriguez, head of U.S. Africa Command. (File photo: AFP)

The Islamic State of Iraq and Syria (ISIS) group, which overran large areas of Iraq and Syria, has set up training camps in eastern Libya and the American military is closely monitoring, a top U.S. general said Wednesday.

Western countries have been increasingly worried that Libya’s political turmoil could provide fertile ground for Islamic extremists, but General David Rodriguez ruled out military action on the “nascent” camps in the immediate future.

“They put training camps out there,” Rodriguez, head of U.S. Africa Command, told reporters, referring to the ISIS organization that seized territory in Iraq and neighboring Syria this year in a brutal and swift offensive of beheadings and forced religious conversions.

He described the ISIS activity in eastern Libya as “very small and nascent.”

“Around a couple hundred” militants were present at the camps and U.S. forces would continue to track the area to see if the ISIS presence expanded, said Rodriguez.

The United States has been waging an air war against the ISIS group in Iraq and Syria, but when asked if the training camps in Libya were a potential target for American forces, Rodriguez said: “No, not right now.”

The ISIS group “has begun its efforts over in the east out there to introduce some people over there,” he said.

“But we’ll have to just continue to monitor and watch that carefully in the future to see what happens or whether it grows on unabated.”

The four-star general said it appeared the ISIS militants in Libya were not volunteers coming from outside the country but militia members who had shifted their loyalty to the jihadist group.

His comments came after the U.S. government and European allies voiced “grave concern” over mounting violence and civil unrest in Libya.

Experts have warned that ISIS group has gained a foothold in the eastern town of Derna, exploiting the chaos that has engulfed the North African state.

Libya has been plagued by instability since the overthrow of autocratic leader Muammar Qaddafi in 2011, and ISIS leader Abu Bakr al-Baghdadi recently boasted of vows of allegiance from militants in the country.

Analysts say a number of factions in Derna have pledged loyalty to the ISIS group, but it remains unclear how much support they enjoy.

ISIS, which aims to establish an Islamic “caliphate” across the region, is the prime target of the US-led bombing campaign in Iraq and Syria.

The group has attracted a wave of global revulsion after a series of horrific executions of Western hostages filmed and released online, as well as gruesome videos depicting the beheadings of Syrian and Iraqi forces.

While largely based in Iraq and Syria, ISIS has also attracted pledges of allegiance from militant groups in Egypt, with the Ansar Beit al-Maqdis (Partisans of Jerusalem) group last month vowing support for the group.

Advertisements

ISRAEL. Ces Français qui s’engagent dans Tsahal


De plus en plus de jeunes juifs quittent la France et s’enrôlent dans l’armée israélienne. Enquête sur un phénomène qui fait polémique.
C’est sa dernière soirée à Tel-Aviv. Il a programmé son réveil à 5 heures du matin, préparé son sac à dos, passé un ou deux coups de fil, et maintenant il est assis face à la Méditerranée, une bière à la main, sur une chaise en plastique rouge du Café La Mer. Benjamin (1) a 20 ans. Il a grandi dans le Val-de-Marne au sein d’une famille juive d’origine marocaine, et passé son bac au lycée confessionnel Ozar Hatorah, dans le 13e arrondissement. Il était à Paris, cet été, au moment de l’opération Bordure protectrice à Gaza.

Le cocktail Molotov jeté contre une synagogue, les cris de “mort aux juifs”, j’avais l’impression que la guerre arrivait en France. Je me suis demandé si ma place était encore là, dans un pays où je ne peux plus descendre dans le métro avec une kippa…”

Il est parti “tout seul”, a pris des cours d’hébreu, visité le pays, puis s’est inscrit à Mahal, un programme de volontariat destiné aux étrangers qui souhaitent s’enrôler sans devenir israéliens. Demain, à l’aube, il part dans le Golan rejoindre Kfir, la plus grande brigade d’infanterie de Tsahal, spécialisée dans la lutte antiterroriste. Benjamin, baskets, blouson de cuir et smartphone, recevra alors son uniforme kaki, son fusil M16, sa carte de soldat et des plaques à son nom… Il sait qu’il peut “mourir” ou revenir “avec un bras en moins”.

Dans la matinée, à la gare de Haganah, au centre de Tel-Aviv, un militaire de 20 ans a été tué d’un coup de couteau par un Palestinien des environs de Naplouse. Le pays s’embrase de nouveau. Et, en France, la polémique sur les soldats français de Tsahal enfle. A l’Assemblée nationale, deux députés viennent d’interpeller le gouvernement. Jean-Jacques Candelier (Gauche démocrate et républicaine) a demandé si “des poursuites judiciaires seront engagées à l’encontre des Français servant dans une armée de colonisation étrangère” et Pouria Amirshahi (PS) a réclamé des éclairages sur “la démarche de ces jeunes” qui “aliment[e] les tensions entre les peuples et import[e] […] un conflit qui met en danger l’unité nationale”.

“Soldats sans famille”

Cet été, la vidéo d’un soldat français déclarant à la frontière de Gaza : “Si Dieu veut, on rentrera tous à la maison” avait été postée sur YouTube. Elle continue de déchaîner le web. Extrait d’un commentaire :”Rentrez en France, bande de sales chiens de sionistes. Votre tête sur le trottoir et marche arrière et avant pour être sûr que le taf soit bien réalisé.”

En Israël, on les appelle hayalim bodedim ou lone soldiers, les “soldats sans famille”. Ils sont à peine sortis de l’adolescence, n’ont longtemps connu de la guerre que les images retransmises à la télévision, mais ils ont laissé parents, frères, soeurs, amis, à des milliers de kilomètres, pour débarquer ici.

La plupart font leur alya (en hébreu : “ascension” en Terre sainte), prennent la nationalité israélienne et s’engagent dans Tsahal .D’autres choisissent, comme Benjamin, de ne pas devenir israéliens et de rejoindre l’armée dans le cadre du programme de volontariat Mahal, l’acronyme de Mitnadvei Chutz LaAretz, qui désignait déjà les étrangers venus combattre lors de la création d’Israël en 1948. Marches sous le cagnard avec des kilos de matériel sur le dos, nuits sans sommeil, krav maga (technique d’autodéfense)…

J’ai été incorporé en 2006 quelques jours avant le début de la guerre du Liban, raconte Elie, 27 ans, parti de son 19e arrondissement natal après le bac. L’entraînement était très éprouvant et on se demandait chaque soir si on allait être envoyés combattre le Hezbollah. J’ai failli craquer, je me demandais ce que je faisais là alors que j’aurais pu rester tranquille derrière un bureau. Mais j’avais envie de défendre Israël, de faire l’armée comme on l’imagine, pas comme cuistot à préparer les gamelles.”

Ils seraient aujourd’hui 3 000 hayalim bodedim venus de tous les pays du monde, parmi lesquels 500 Français dont une cinquantaine de volontaires Mahal. Et le phénomène s’amplifierait depuis une dizaine d’années. C’est ce qu’on entend, ici ou là, mais il est difficile de vérifier les chiffres. Côté israélien comme côté français, les bouches se ferment quand on aborde le sujet. Un porte-parole de Tsahal : “Pour des raisons de sécurité, nous ne pouvons accepter de participer à cet article.” Son homologue au Quai-d’Orsay : “Nous n’avons pas d’éléments, ni de statistiques à communiquer.”

Séances d’informations en France

Lors de chaque conflit, pourtant, il y a des morts et des blessés parmi les lone soldiers français. En 2006, Yohan Zerbib, tireur d’élite, venu de Montrouge, a été tué par un éclat d’obus au Sud-Liban à l’âge de 22 ans. Cet été à Gaza, Jordan Bensemhoun, originaire de Vénissieux, sergent-chef au sein de la brigade Golani, n’a pas survécu aux combats du quartier de Chajaya.

Trois autres Français ont été blessés. L’un d’eux, Gabriel Benhaïm, n’était pas citoyen israélien. Surpris début août dans une chambre de l’hôpital de Beer Sheva par une caméra d’i>Télé, il racontait s’être engagé après la précédente opération à Gaza, Pilier de défense, en 2012 : “J’étais chez moi en France et j’ai vu ça à la télé. Je ne trouvais pas ça juste qu’ils se battent ici pour leur pays. Je me suis renseigné. J’ai vu qu’il y avait un volontariat qui s’appelait Mahal. Je n’ai pas réfléchi. Je me suis inscrit.”

Israël encourage le mouvement. Fin août, une grande soirée organisée au Théâtre de Jérusalem rendait hommage aux combattants français du front gazaoui en présence du président de l’Etat hébreu. Son armée organise aussi, régulièrement, des séances d’information sur le territoire français.

Pic des appels

Le 26 mai dernier, en fin d’après-midi, un officier de Tsahal a ainsi donné une conférence sur la politique de recrutement à la grande synagogue de la Victoire, dans le 9e arrondissement de Paris. Avec possibilité d'”organiser des rendez-vous” pour les “questions personnelles”, comme précisé sur le site de l’ambassade d’Israël. Et des programmes de découverte (Sar-El, Marva) envoient, chaque année, plusieurs centaines d’adolescents travailler bénévolement dans des bases militaires, nettoyer le matériel, installer les camps…

Mais c’est surtout à chaque conflit que les candidats affluent. Au bureau parisien de l’Agence juive, l’organisme chargé de l’immigration, on a noté un pic des appels, à la mi-juin, après l’enlèvement et le meurtre de trois adolescents juifs près des colonies de Goush Etzion, en Cisjordanie. En juillet et août, lors de l’opération à Gaza, la moyenne est montée à dix coups de fil par jour.

“Nous leur avons répondu de nous recontacter à l’automne s’ils étaient toujours partants, raconte un conseiller. En général, au premier entretien, lorsqu’on leur explique la réalité du terrain, qu’ils sont en première ligne, qu’ils risquent leur vie, qu’ils restent réservistes et peuvent être rappelés en cas de conflit jusqu’à 51 ans, beaucoup renoncent. Et puis les conditions d’enrôlement sont strictes, pas de maladie transmissible par le sang, pas de problèmes psychologiques, pas de démêlés avec la justice, pas de discours contradictoires…”

Une centaine de jeunes ont quand même été sélectionnés cet été. Ils ont été envoyés à Ashkelon et à Ashdod pour fabriquer des colis destinés aux soldats. La seconde Intifada, au début des années 2000, a servi de déclencheur pour Joachim, 26 ans. Un père médecin, une mère dentiste, une vie toute tracée dans la santé. Il a abandonné sa première année de médecine du jour au lendemain.

“Les attentats-suicides se multipliaient, avec tous ces corps déchiquetés, ensanglantés, amputés. Les juifs risquaient chaque jour leur vie là-bas. Moi, je menais une vie tranquille à Paris à boire des coups avec mes copains. Je culpabilisais de plus en plus.” Il s’est engagé dans l’un des bataillons les plus durs de Tsahal, les forces spéciales, pour deux ans et trois mois, alors qu’en tant qu’olim (“immigrant”), il aurait pu faire un service plus court.

“Rite initiatique”

Il se souvient de nuits entières de guet sous la pluie glaçante, de contrôles à un checkpoint en Cisjordanie, avec ces Palestiniens “qui voulaient juste aller travailler tranquillement”, et des semaines de stationnement à la frontière de Gaza, où il a pensé vivre ses derniers instants. Plusieurs fois, l’ordre d'”entrer” avait été donné, avant d’être annulé au dernier moment.

Simon (1), 31 ans, fait partie lui aussi, dit-il, de la “génération seconde Intifada”. Il avait 18 ans quand elle a démarré. “C’est comme si j’avais été dans une équipe de foot et que soudain on ne voulait plus jouer avec moi, raconte-t-il. J’étais pris à partie, je me sentais en porte-à-faux. A peine si j’osais encore dire que j’étais juif.” Il a tout laissé tomber en quatrième année de droit à Assas pour une unité combattante à la frontière de Gaza. Chaque jour, sa base adossée à un kibboutz d’Eshkol recevait des tirs de roquettes. Les soldats dormaient sous des tentes, pas des bâtiments en dur. En cas d’impact, il y aurait ainsi moins de dégâts.

“L’institution militaire et les appelés sont lassés par le conflit qui se prolonge, d’autant que la situation ne semble pas avoir d’issue et que défendre son pays quand il est attaqué est plus motivant que tenir un checkpoint ou fouiller une maison dans un territoire occupé, indique Pierre Razoux, directeur de recherche à l’Irsem et auteur de “Tsahal, nouvelle histoire de l’armée israélienne” (Perrin). Mais l’armée reste le seul élément de cohésion nationale, et le service militaire, le rite initiatique pour devenir pleinement citoyen israélien.”

Beaucoup de lone soldiers sont ainsi parmi les premiers à rejoindre les unités combattantes et à prolonger leur service. Comme Nissim, 31 ans, capitaine d’infanterie dans un bataillon d’élite, qui s’est engagé pendant cinq ans et demi.

Source : nouvelobs.com. IMG_3191-0.PNG

Advertisements

Des regards croisés sur l'Europe et le Moyen Orient

%d bloggers like this: