Tag Archives: russie

La Grèce, Chypre, l’Italie et Israël signent “Est Med” le nouveau projet de Gazoduc en Méditerranée de l’Est (FR/en)


Les ministres de l’Énergie de l’Italie, la Grèce, Chypre et Israël ainsi que Miguel Arias Canete, Commissaire européen pour l’action sur le climat et l’énergie, se sont engagés,  début  Avril, depuis Tel-Aviv, à faire avancer un projet de gazoduc sous-marin reliant la Méditerranée orientale au sud de l’Europe. Ainsi, tous les six mois, les ministres de l’Energie des pays concernés se réuniront pour le suivi d’un dossier ouvert depuis 2015.

Selon  le Commissaire d’Énergie le projet “satisferait quand même à l’ensemble des conditions requises pour rendre un engagement financier possible.”

M.Canete a aussi noté que Chypre et Israël étaient “très fiables” comme des fournisseurs d’énergie  et que leurs réserves à gaz pourraient faire une contribution de valeur à la stratégie de l’UE “de diversifier les sources, les trajets des gazoducs et les fournisseurs.” Il a admis que ce projet aiderait à limiter la dépendance énergétique via le Nord Stream vis à vis la Russie pour sécuriser la transition d’approvisionnement énergétique au vieux continent.  

gas pipeline network russia europe

Depuis plusieurs années, la Méditerranée orientale est devenue une zone d’exploration gazière très active, notamment après la découverte d’importants gisements gaziers au large d’Israël,  de Chypre et de l’Egypte. 
La Turquie, le Liban et la Syrie comptent bien de ne pas se laisser écartés  dans cette “bataille” de devenir aussi des carrefours énergétiques entre l’Asie et l’Europe.

 Rappelons parallèlement que Chypre est coupée en deux – entre partie occupée par l’armée turque et la partie chypriote – depuis plus de 40 ans.

Développé avec le soutien de l’Union européenne, ce gazoduc baptisé EastMed serait le plus long ( 1 300 km sous-marin et 600 km terrestre) et le plus profond au monde. Il réduira la dépendance de l’Europe au gaz russe tout en permettant un nouveau débouché aux nouveaux champs d’hydrocarbures découverts à l’Est de la Méditerranée et situés au large des côtes israéliennes et chypriotes.

Selon IGI Poseidon – co-entreprise grecque détenue à parts égales par DEPA SA et Edison S.pA. qui détient 100% du projet – le gazoduc pourrait transporter 16 milliards de mètres cubes de gaz par an.

En outre, en décembre 2016, Israël a donné son autorisation pour la vente à la Grèce de deux champs gaziers situés dans la zone, brisant le monopole d’un consortium formé par la compagnie américaine Noble Energy et le groupe israélien Delek. Un accord d’autant plus important qu’ils renforcent les relations entre les gouvernements grecs et israéliens alors qu’Israël mène un projet de construction de gazoducs en Méditerranée, avais-je alors indiqué.

Le chantier devrait coûter 6,2 mrds$ (5,8 mrds€) pour une mise en service en 2025. Les études de faisabilité financière du projet sont déjà finalisées mais devront désormais prendre en compte une nouvelle donnée pour le calcul de la rentabilité : la chute du prix des hydrocarbures.

Précisions de taille : un accord de délimitation des zones économiques exclusives a été conclu le 17 décembre 2010 entre Israël et Chypre, en vue de permettre aux deux pays la poursuite des recherches off-shore d’hydrocarbures de part et d’autre dans la partie orientale de la Méditerranée, de  gigantesques réserves de gaz ayant été alors découvertes dans la zone. Cette entente avait provoqué de vives réactions des pays voisins … Turquie, Syrie, Liban et l’Égypte voyant d’un mauvais œil la volonté hégémonique de l’Etat hébreu sur les gisements récemment découverts.

Selon les contrôles de la commission gouvernementale israélienne mise en place pour gérer un fonds d’exploitation des ventes, les recettes prévues des gisements Léviathan, Tamar et Dalit étaient alors  estimées à 100 voire à 130 milliards de dollars jusqu’en 2040.

Egalement, une haute responsable israélienne a déclaré pour sa part qu’Israël espérait pouvoir exporter du gaz vers la Turquie dès 2021. Israël espère en effet exporter ce gaz vers la Jordanie, l’Europe et la Turquie. Un premier accord a déjà été signé avec Amman en septembre 2016. Selon la responsable israélienne, un accord avec la Turquie devrait être finalisé d’ici l’été 2017.

Selon Hürriyet, tandis qu’Ankara a longtemps espéré que TANAP transformerait la Turquie comme la route principale pour le gaz naturel asiatique du Moyen-Orient et Central en ce qui concerne son acheminement en Europe, les efforts en cours de l’UE afin de diversifier ses voies d’approvisionnement changent l’échiquier d‘énergie dans la zone de Méditerranée Orientale.

Bien que le gazoduc Trans-Med ait été écarté par des analystes comme commercialement impraticable en raison du prix de gaz très bas, plusieurs contrats ont été signés récemment signés entre Chypre et des entreprises d’énergie internationales Le 5 avril, deux jours après le sommet Trans-Med, le Qatar Petroleum et ExxonMobil ont signé une exploration et un contrat en partageant l’exploration et la production avec la République Chypriote au sein du  Bloc 10 dans la zone économique exclusive chypriote.

En mars, le géant d’énergie italien Eni a annoncé qu’il avait acheté les droits d’exploitation à 50% concernant le Bloc 11 qui appartenait à Total S.A. Le bloc 11 est adjacent à la concession Shorouk de l’Égypte dans laquelle Eni a fait l’immense découverte en 2015 du gisement de gaz naturel Zohr qui reste comme la plus grande découverte de gaz naturel en Méditerranée Orientale. Le domaine Zohr de l’Égypte, contient 850 milliards de centimètres cubes de gaz naturel, dont 50 à 60 pour cent peuvent être exploités . Si le réservoir de carbonate de Zohr s’étend à travers la frontière entre l’Égypte et les zones économiques exclusives de Chypre, il y a la possibilité que Chypre a des réserves de gaz naturel majeures dans le Bloc 11.

Eastern Mediterranean EEZ

English:

DW.COM: The planned pipeline – stretching about 2,000 kilometers (1,248 miles) on the bed of the Mediterranean Sea – aims to link gas fields off the coasts of Israel and Cyprus with Greece and possibly Italy, at a cost of up to 6 billion euros ($6.4 billion).
After a meeting in Tel Aviv in early April, between energy ministers from Israel, Cyprus, Greece and Italy, European Climate and Energy Commissioner Miguel Arias Canete told reporters he believed the project would “meet all relevant requirements” to make a financial commitment possible.

Canete also noted that Cyprus and Israel were “very reliable” suppliers, and that their gas reserves could make a valuable contribution to the EU’s strategy to “diversify sources, routes and suppliers.”

Canete admitted it would help limit reliance on the Nord Stream pipeline via Russia, which he said “adds nothing to the security of supply.”

  • Sources:AFP, Reuters, L’Orient le Jour, Mondialisation.ca, DW.de, Hurriyet, Keep Talking Greece

Read: iSRAEL, EUROPEAN STATES ADVANCE PLANS FOR WORLD’S LONGEST UNDERWATER GAS PIPELINE

Advertisements

Détention, coups, électrocution… Le cauchemar des homosexuels en Tchétchénie//100s of gay men abducted, tortured and some even killed in Chechnya, but authorities deny that gay people even exist!


Source Originale: Tetu.com

Alors que la communauté internationale s’inquiète d’une purge anti-gay qui s’abattrait en Tchétchénie, plusieurs témoignages de victimes font surface.

Gay men are disappearing in Chechnya, according to a human rights activist and a leading opposition newspaper in Russia. Some are being detained; the fate of others is unknown, human rights groups say.

The newspaper, Novaya Gazeta, reported at the weekend that the men were detained “in connection with their non-traditional sexual orientation, or suspicion of such,” citing Russian federal law enforcement officials.

République constitutive de la Russie de Vladimir Poutine, la Tchétchénie est soupçonnée d’emprisonner les homosexuels – rééls ou supposés – par centaines selon les informations du média russe d’opposition Novaïa Gazeta corroborées par plusieurs organisme de défense des droits de l’homme ; une chasse à l’homme qui aurait débuté en début d’année et qui se terminerait parfois dans le meurtre. Ce journal, réputé pour ses investigations, se dit être en mesure de donner l’identité de trois victimes assassinées par les autorités tchétchènes à cause de leur orientation sexuelle, et craint des chiffres bien plus élevés. Novaïa Gazeta refuse depuis sept ans d’envoyer ses journalistes dans cette région du nord du Caucase pour garantir leur sécurité, mais se fait le relais d’une ligne d’urgence pour sauver les LGBT en danger. Après son article choc publié le 1er avril 2017, il a ainsi récolté plusieurs témoignages de rescapés de cette purge anti-gay qui s’abattrait aux portes de l’Europe.

Deux Tchétchènes (identifiés comme Témoin 1 et Témoin 2 par le journal et depuis placés hors de danger) racontent, photos de leurs blessures à l’appui, comment ils ont été régulièrement frappés, humiliés et torturés par électrocution par les forces de l’ordre. Ils parlent aussi d’hommes battus à mort sous leurs yeux, et de prisonniers enfermés depuis plusieurs années. Surtout, ils corroborent un système d’extorsion de fonds organisés par les autorités (« de l’argent contre le silence et la liberté ») ainsi qu’une traque « au hasard » utilisant les mobiles :

Leur objectif principal était de pourchasser nos contacts car dans leur tête, si tu es un suspecté d’être gay, alors tout ton réseau de contact est gay. Ils gardaient nos téléphones allumés – n’importe quel homme qui appelait ou envoyait un message était une nouvelle cible.

D’après Novaïa Gazeta, les hommes interpellés dans ces circonstances seraient détenus dans une « prison secrète » de Tchétchénie : un ancien quartier militaire officiellement vide qui se situe à Argun près de Grozny, la capitale.

Couverture : Photographies des blessures des deux témoins – ©Novaïa Gazeta,